Rapport annuel Africa Sans Haine sur les discours de haine en 2021

Partager

Les discours de haine ont été très violents en Afrique en 2021. Dans la plupart des cas, ils étaient alimentés par des sujets politiques, des conflits intercommunautaires, le Covid, les inégalités sociales, etc. Nous avons observé toutes les catégories de discours de haine : appel aux meurtres, injures, xénophobie, haine ethnique, propos sexistes, appel à la violence, racisme, menaces contre les minorités, émojis à caractère haineux…

Africa Sans Haine vous présente ici son rapport annuel 2021 (pdf) sur ces discours de haine en ligne. Honnêtement, nous n’avons pas la prétention d’avoir documenté tous les discours de haine en Afrique. Ce rapport est juste un résumé de ce que nous avons pu observer comme discours de haine sur Internet, spécialement sur les réseaux sociaux et dans la mesure de nos moyens.

Approche

En 2021, Africa Sans Haine s’est imposé comme le seul média en ligne spécialisé dans la lutte à grande échelle contre les discours de haine en ligne en Afrique et dans la diaspora africaine. Dans notre travail, nous avons également pris en compte de nombreux cas de discours de haine hors ligne.

Notre approche dans la lutte contre les discours de haine a consisté à :

1. Dénoncer ; 2. Privilégier la paix et la réconciliation ;
3. Utiliser les captures d’écran comme preuves de discours de haine ;
4. Proposer des solutions ;
5. Promouvoir l’unité et l’intégration africaines ;
6. Produire des rapports et faire le monitoring des discours haineux dans plusieurs pays africains. Beaucoup plus les pays francophones.

Partenariats

L’année 2021 s’est ouverte par une bonne nouvelle pour Africa Sans Haine. Dès le mois de janvier, nous avons été acceptés comme membre représentant de l’International Network Against Cyber Hate (INACH). Nous avons signé un partenariat et Africa Sans Haine a été l’unique membre africain d’INACH en 2021.

Depuis février 2021, nous collaborons avec Internews Côte d’Ivoire qui fait aussi très bien le monitoring de discours de haine, mais uniquement en Côte d’Ivoire. Cette collaboration nous a apporté un plus à notre travail, et nous souhaitons qu’elle se poursuive.

Facebook, le bastion des discours de haine en Afrique

En 2021, c’est sur Facebook que nous avons observé la majorité des discours de haine en Afrique. Mais Facebook n’est pas le seul. Twitter, WhatsApp, You Tube (pour ne citer que ceux-là) jouent le même jeu, mais à des degrés différents.

Cependant, nous avons observé une baisse considérable des discours haineux sur Facebook au cours du dernier trimestre de l’année 2021. Nous espérons que cette tendance se poursuive en 2022 pour que Facebook soit un espace où les Africains communiquent sans violences.

Quelques chiffres de nos observations

Les rapports de monitoring que nous publions concernent des échantillons représentatifs que nous prélevons sur des groupes, profils, pages et comptes des réseaux sociaux dans plusieurs pays africains.

Nous avons pu observer en 2021 des publications sur plus de 600 groupes, pages, profils et comptes des différents réseaux sociaux en AFrique. Nous avons aussi observé les commentaires haineux en bas des articles de certains sites Internet très suivis en Afrique. Par ce monitoring, nous avons répertorié 20251 messages à caractère violent et haineux répartis comme suit :

– 81 appels au meurtre
– 1213 appels à la violence
– 10609 injures (genre : imbécile, fou, idiot, fils de pute, malade…)
– 3602 incitations à la haine ethnique – 2080 animalisations
– 917 propos et injures sexistes
– 1364 propos xénophobes – 320 émojis à caractère haineux
– 53 cas de racisme (anti-blancs ou anti-noirs)
– 12 menaces contre les LGBT

Nous avons aussi noté avec satisfaction que certains propos, vidéos et commentaires haineux que nous avons dénoncés ont été supprimés par leurs auteurs ou par le réseau social sur lequel ils ont été diffusés.

Selon nos statistiques, les pays africains en guerre, ou ayant été en guerre ou encore en crise politique grave, également les pays où il y a des conflits et des rivalités intercommunautaires sont ceux qui regorgent de beaucoup de discours de haine. En 2021, c’était le cas en :

–  RDC
–  Tchad
–  Guinée
–  Mali
–  Éthiopie
–  Centrafrique
–  Côte d’Ivoire
–  Cameroun
–  Burkina Faso – Etc.

Parmi les peuples qui ont été visés par des discours de haine ethnique en 2021 figurent :

– Les Peuhls de Guinée ;
– Les Peuhls et les Dogons du Mali ;
– Les Bamileke du Cameroun ;
– Les Luba de RDC ;
– Les Sudistes du Tchad ;
– Les Tutsi Banyamulenge de RDC ;
– Les Bayaka de RDC ;
– Les Tetela de RDC ;
– Les Tigréens d’Éthiopie ;
– Etc.

Violences et massacres

Les cas de tueries que nous avons observés ont touché les :
Peulhs du Mali ;
– Armée, population et séparatistes anglophones au Cameroun ;
– Armée, population et groupes rebelles en Centrafrique ;
– Population civile de Béni et Ituri en RDC ;
– Populations et armées victimes de plusieurs massacres terroristes au Niger, Mali, Burkina, Nigeria… ;
–  Des manifestants au Soudan ;
– Hema, Lendu, ADF en RDC ;
– populations civiles dans le conflit du Tigré en Ethiopie ; – Pro et anti Jacob Zuma en Afrique du Sud ;
– Etc.
Le bilan cumulé de tous ces massacres s’élèvent à plus de 2000 morts. Les causes de ces violences sont : le terrorisme, les guerres, affrontements intercommunautaires…

Xénophobie

Les propos xénophobes font partie de principaux discours de haine en Afrique. Nous avons pu observer des cas de :

– Xénophobie contre les migrants noirs en Tunisie et en Libye ;
– Xénophobie anti-Tutsi Banyamulenge en RDC ;
– Etc.

Racisme

Nous avons aussi dénoncé des cas de racisme et même d’esclavage, notamment le :

– Racisme anti-noirs en Libye ;
– Racisme anti-noirs au Soudan ;
– Racisme anti-noirs au Maghreb ;
Esclavage en Libye.

Haine religieuse

Nous avons observé des cas d’attaques contre des églises ou des chrétiens, physiquement ou par des insultes :

Catholiques, protestants et églises évangéliques en RDC ;   – Musulmans et chrétiens au Nigeria ;
– Islamistes et chrétiens coptes (Egypte).

Actes antisémites ou apparentés

Nous avons documenté 28 messages à caractère antisémitite ou apparenté. C’est le cas en :

– RDC
Afrique du Sud
– Tunisie
– Tchad – Sur certains médias occidentaux très lus en Afrique.

Certains contenus antisémites datent d’avant 2021, mais ils sont toujours sur la toile et les gens continuent à commenter. Nous avons aussi observé 11 cas d’islamophobie.

Haine sportive

En football par exemple, des supporters des clubs ou sélections rivales qui s’insultent sur les réseaux sociaux au sujet d’un match c’est fréquent en Afrique. Exemple, le match RDC-Bénin comptant pour les éliminatoires Mondial de football Qatar 2022 et le match Algérie-Côte d’Ivoire à la Coupe d’Afrique des nations Cameroun 2022, ont donné lieu à des messages de haine inacceptables en sport.

Nous avons eu aussi à dénoncer des cas de négrophobie contre des joueurs noirs dans le football européen (Italie, France, Espagne, Hongrie…). Dans les stades, plusieurs joueurs noirs ont été qualifiés de singes, sales nègres…

Initiatives positives en 2021

Parmi les initiatives positives que nous avons observées figurent :

– La proposition de loi contre les discours de haine en RDC présentée par le député Ndondoboni ;
– Le Forum sur la lutte contre les discours de haine sur les médias en Afrique centrale organisé au Cameroun le 26 octobre par les Nations unies ;
– La réconciliation Gbagbo-Ouattara. Celle-ci a été marquée par une rencontre entre les deux hommes après la sortie de prison de Gbagbo et son retour en Côte d’Ivoire ;
– La réconciliation Yayi Boni-Patrice Talon au Bénin ;
– La conférence sur la réconciliation au Tchad en préparation ;
– La réconciliation RDC-Zambie après une dispute de frontières communes ;
– Deux Africaines récompensées par le Département d’État américain pour leur combat dans la lutte contre la traite d’êtres humains en Afrique (Une Gabonaise et une Centrafricaine).

A partir d’avril 2021, notre page Facebook a subi des restrictions de Facebook jusqu’à ce jour. Quelqu’un aurait fait un mauvais signalement sur notre page. Nous avons écrit plusieurs fois à Facebook pour expliquer que c’est une erreur, mais en vain. Ces restrictions nous ont beaucoup pénalisés car elles frappent non seulement le boost de nos articles, mais aussi limitent notre audience. C’est un sérieux handicap pour nous. Nous espérons que Facebook pourra revoir sa décision.

Prix Ronald and Suzette 2021

La très bonne nouvelle pour nous en 2021 c’est le premier Prix Ronald and Suzette Award qui nous a été décerné par Magenta Foundation à travers INACH. Nous en sommes très reconnaissants. Cela nous a permis de gagner en visibilité.

Nos recommandations

– Accroître la sensibilisation surtout auprès des jeunes parce que ce sont eux qui véhiculent la majorité des discours de haine ;
– impliquer les gouvernements africains et les ONG dans la lutte contre les discours de haine ;
– Mettre en place un fonds de promotion de la lutte contre les discours de haine comme c’est le cas avec la lutte contre les Fake news, le VIH, etc.

Africa Sans Haine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.