Sud-Kivu : des réunions pour préparer des violences ethniques, la Monusco tire la sonnette d’alarme

Partager

La Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) condamne les appels à la haine ethnique et aux meurtres dans la province du Sud-Kivu. Elle fait état de réunions tribales qui se tiennent de part et d’autre des communautés rivales pour, dit-elle, « passer à l’acte ».

Depuis quelques mois, les communautés ethniques banyamulenge et Bafuliro vivent à couteaux tirés. De nombreux messages incitant à la haine circulent intensément sur les réseaux sociaux. Si bien qu’il y a lieu de craindre le pire, c’est-à-dire des affrontements inter communautaires. Il y a quelques jours, un audio attribué à l’ancien ministre du Développement rural Justin Bitakwira appelait les jeunes de l’ethnie Bafuliro à prendre les armes pour combattre les Banyamulenge.

Des réunions secrètes pour « passer à l’acte »

La Monusco se dit particulièrement préocupée par ce qui s’est passé ces trois derniers jours. Le chef du sous-bureau Monusco Sud-Kivu a déclaré en substance : « Nous sommes au courant des réunions tribales qui se sont tenues le weekend dans des hôtels à Uvira et où des groupes se préparent à passer à l’acte. » Il déplore l’ampleur des messages de haine ethnique et d’appel à la violence et aux meurtres selon lui diffusés largement dans les réseaux sociaux : Facebook, WhatsApp…

Sur Radio Okapi, le chef du sous-bureau de la Monusco au Sud-Kivu a lancé un message de paix et de cohabitation pacifique entre communautés. « J’invite toutes les communautés, toutes les ethnies, Babembe, Bavira, Bafuliro, Banyindi… à désarmer leurs cœurs. Il faut que les gens s’acceptent, respectent la dignité humaine. Mon appel est qu’ils désarment leurs cœurs.

Nous demandons aux leaders communautaires, politiques, religieux, de s’impliquer davantage pour qu’il y ait la paix. Il n’y a rien dans la vengeance ni dans la haine. Il n’y a rien de profitable à qui que ce soit dans la haine. Par contre on a tout à gagner dans le calme, le dialogue… », a déclaré le chef du sous-bureau de la Monusco Sud-Kivu.

#StopLaHaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.