Sud-Kivu : l’ancien ministre Justin Bitakwira accusé d’incitation à la haine contre les Tutsi Banyamulenge

Partager

Sur les réseaux sociaux, un audio attribué à Justin Bitakwira appelle les jeunes Bafuliro à faire la guerre contre les populations tutsi banyamulenge du Sud-Kivu. L’ancien ministre congolais du Développement rural a toujours été accusé d’incitation à la haine contre les Banyamulenge.

Un message de haine fait plus de dégâts quand il est distillé par des politiciens que par des gens ordinaires. C’est parce que les politiciens sont très suivis par leurs ethnies. Leurs paroles constituent un mot d’ordre. Pourtant, depuis qu’il est cité pour ces propos haineux dans cet audio, Justin Bitakwira n’a toujours pas réagi pour les démentir ou s’excuser. Preuve qu’il assume ?

Ces politiciens adeptes de la politique de la terre brûlée

Quoiqu’il en soit, de tels propos de la part d’un homme politique comme Bitakwira c’est tout simplement une folie. Et les conséquences pourraient être bien plus graves. Certes, un conflit de longue date existe entre les communautés ethniques du Sud-Kivu, mais le rôle d’un homme d’État est de rassembler et non de mettre de l’huile sur le feu. Il faut précher la paix. Toutes les tribus du Sud-Kivu peuvent vivre en paix et participer au développement de leur province. Hélas, à chaque fois, ce sont des politiciens qui manipulent leurs ethnies.

Les appels à la haine contre les Banyamulenge se multiplient dans les réseaux sociaux. Un internaute fait siennes les paroles de feu le président Laurent Désiré Kabila. Dans une vidéo, ce dernier avait déclaré : « Le peuple doit se mobiliser. Dans chaque village, les gens doivent prendre des armes, même traditionnelles, des flèches, des lances…, sinon on va devenir esclaves de ces petits messieurs Tutsis… »

Kinshasa doit agir

Ces appels au génocide des Tutsis se passent dans l’indifférence totale du gouvernement de Kinshasa. Le président Félix Tshisekedi doit s’impliquer pour résoudre ce conflit avant qu’il ne soit trop tard. Mieux vaut prévenir que guérir. Bitakwira doit être mis à la disposition de la justice.

Dans un commentaire tweeté, un internaute se plaint de l’indifférence des autorités : « Des vidéos et des audios sont là en grande quantité. Nous les avons toujours signalés aux autorités… »

#StopLaHaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.