Le sentiment anti français ne faiblit pas en Centrafrique

Partager

La présence française est de plus en plus mal perçue en Centrafrique. Certains Centrafricains pensent que Paris est la cause des malheurs qui frappent leur pays. Or, cela peut ne pas être vrai.

Dans la guerre et les multiples conflits centrafricains, le coupable est tout trouvé : c’est la France, c’est Emmanuel Macron. Sur les réseaux sociaux, Paris est accusé de vouloir assassiner le président Faustin Archange Touadéra, mais aussi d’autres chefs d’Etats africains.

Un internaute écrit ceci : « La France 🇫🇷 veut assassiner nos dirigeants africains, quel rôle de l’Union africaine ? La Russie et la Centrafrique ont signé un accord militaire. La France n’est pas heureuse, (elle) veut forcément assassiner le président Touadéra par tout les moyens, mais grâce à Dieu et à la présence militaire russe en Centrafrique la France a échoué. Le Mali et la Russie ont signé un accord de coopération militaire. La France n’est pas d’accord pour cela elle veut assassiner le président Assimi Goïta, là encore la France a échoué… »

Capture d’écran :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 225848336_124905329845798_6576545127461047002_n.jpg.

« Ce n’est pas moi c’est la France »

Souvent en Afrique, lorsque nos dirigeants sont incapables, ils trouvent un bouc émissaire. Ce qui se passe en Centrafrique n’est que le résultat des luttes pour le pouvoir. Loin de nous l’idée de justifier la France. Et même si la France y est pour quelque chose, elle n’est pas venue d’elle même en Centrafrique. Quelqu’un a dû l’inviter. Paris et Bangui sont liés par des accords de défense.

En réalité, le premier ennemi de la Centrafrique c’est le Centrafricain lui-même. Ce n’est pas la France qui dit aux Centrafricains de s’entretuer. Ce n’est pas la France qui dit aux dirigeants africains de ne pas payer les fonctionnaires, de ne pas donner l’eau courante et l’électricité aux populations, de ne pas construire les routes, de violer les droits de l’homme… Ce n’est pas Macron qui vous dit de détourner les deniers publics

Aujourd’hui, les Centrafricains préfèrent les Russes aux Français. Mais il ne faut pas oublier que ni l’un ni l’autre ne vient pour la charité. Chacun poursuit des intérêts. Les Centrafricains doivent aimer leur pays, s’abstenir de toute action qui compromet la paix, travailler au developpement de la Centrafrique. Ça ne sert à rien de haïr la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.