RDC : un analyste politique prédit un génocide contre les Kasaïens

Partager

Patrick Mbeko, c’est son nom. Sur Facebook, il est reputé pour ses analyses sur la politique en République démocratique du Congo. Pourtant, il s’est récemment illustré par des propos faisant l’apologie du genocide contre ses compatriotes des provinces du Kasaï.

Dans une récente vidéo publiée le 06 août dernier, il fait une analyse plutôt subtile où il exprime sa propre haine contre les Kasaïens, mais attribue cela à d’autres Congolais. L’homme estime que la RDC pourrait connaître un génocide comme celui des Tutsi du Rwanda. Pour lui, l’intolérance tribale et la montée d’un sentiment anti-Luba du Kasai sont des signaux forts. Ce qui, selon lui, déboucherait sur une crise ethnique : le génocide.

Si la vidéo ne s’ouvre pas cliquez ici.

Patrick Mbeko

« S’attaquer aux Kasaïens dans tous les coins »

Dans ses propos, il affirme que les autres communautés congolaises se souleveront contre les Baluba. Patrick Mbeko prédit que ce génocide contre les Kasaiens est possible si Félix Tshisekedi tente de s’imposer au pouvoir par la force ou par la fraude. « Si en 2023, Felix Tshisekedi se permet de s’imposer par la force et par la fraude et si les gens se sentent incapables de le déboulonner, ils vont s’attaquer aux Kasaiens dans tous les coins de la République », déclare-t-il.

Patrick Mbeko semble ignorer que le sentiment anti-Kasaïens n’a pas commencé en RDC quand Félix Tshisekedi est arrivé au pouvoir. Ces phrases : « Jamais Muluba akozua pouvoir » (Un Muluba ne doit jamais accéder au pouvoir) ou encore : « Boma Muluba tika nyoka » (tuez le Muluba laissez en vie le serpent), tous ces slogans haineux remontent à l’époque de Mobutu. L’épuration ethnique contre les Kasaïens au Katanga en est une des illustrations.

Egalement, Patric Mbeko devrait se rappeler que Mobutu s’est accroché au pouvoir par la force pendant 32 ans et la plupart des postes clés du sommet de l’Etat étaient occupés par les ressortissants de sa province et de son ethnie. Personne à l’époque n’a brandi la menace d’un génocide contre les ressortisssants de l’Equateur. Joseph Kabila est resté 18 ans au pouvoir, nul n’a parlé d’un génocide contre les Katangais.

Les propos de Mbeko incitent à la haine tribale et font réagir plusieurs internautes

Plus de 125 commentaires sur la vidéo de Patrick Mbeko dont voci quelques uns en captures d’écran :

« C’est bien que les gens fassent l’apologie du génocide. On connait comment une guerre commence et jamais sa durée, ses victimes. »

Un internaute écrit : « Ce monsieur est tribal et haineux et cela fait que ses publications manquent aussi de valeur. »

Un autre réagit : « Vous avez allumé le feu, cherchez à l’éteindre »

En effet, les Congolais doivent éviter de traduire par la haine tribale leurs amertumes, échecs et déceptions politiques. On ne doit pas faire porter à toute une ethnie les erreurs commises par des individus parce que ressortissants de cette ethnie. Souhaiter un génocide contre ses compatriotes parce qu’un de leurs est au pouvoir n’est pas digne d’un intellectuel qu’est censé être Patrick Mbeko.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.