Pourquoi certains Américains sont toujours désignés par le terme « Afro-Américains » ?

En Afrique, le terme « premier Afro-Américain à faire ceci ou cela » passe mal. Alors que l’ex général américcain Lolyd Austin a été nommé secrétaire à la défense par le nouveau président Joe Biden, plusieurs médias occidentaux n’ont cessé de rappeler qu’il est un Afro-Américain, c’est-à-dire un noir. Ce détail est jugé raciste et stigmatisant par les Africains.

Quand Joe Biden a choisi Kamala Harris comme colistière, les mêmes médias n’ont pas tardé à préciser qu’elle est noire. Loin de nous l’idée de dire que ces médias occidentaux sont racistes, mais peut-être sans le vouloir, ils contribuent aux préjugés contre les noirs des Etats-Unis. Car le terme « Afro-Américain » est utilisé presque exclusivement pour désigner les citoyens américains noirs. Pour certains, ce n’est pas si grave, mais pour d’autres c’est du racisme.

Les Maghrébins, par exemple, sont aussi des Africains, mais parce que leur peau est claire et s’ils sont Américains, on ne les désigne pas par le terme « Afro-Américains ». Pareil pour les Américains d’origne européenne : on ne dit jamais des « Euro-Américains ». Et donc, c’est clair que le qualificatif « premier Afro-Américain » a une connotation raciste. C’est en tout cas ce que pensent beaucoup d’Africains.

Un post de RFI sur Facebook publié le 23 janvier au sujet de la confirmation de Lloyd Austin au poste de secrétaire d’Etat américain à la défense a suscité plus de 8500 réactions et plus de 700 commentaires dont la plupart dénonçaient la stigmatisation de la race noire. Post de RFI en capture d’écran :

Voici certains des commentaires sur ce post Facebook de RFI. Capture d’écran :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *