« Haïr et massacrer les Congolais : la doctrine des ADF à Beni »

Toute guerre, qu’elle soit conventionnelle ou asymétrique, doit avoir ses motivations. Les bélligérants doivent avoir des revendications légitimes pour lesquelles ils se battent. Or, ce n’est pas le cas des rebelles ougandais ADF (Allied Democratic Forces) qui tuent régulièrement les populations de la région de Beni en RDC. Leur guerre est plutôt motivée par la haine contre le Congo.

Le 31 décembre 2020, à la veille du jour de l’an, au moins 17 personnes on été tuées à Beni par des ADF dans des localités comme Tingwee. Des hommes, des femmes et des enfants, tous décapités à la machette. Les rescapés expliquent avoir été attaqués dans leurs champs ou sur le chemin du retour dans leur village. Egorger, ravir les produits agricoles, incendier des habitations, faire plus de victimes. tel est le mode opératoire des rebelles ADF. Si bien qu’une femme du Kivu a déclaré : « On ne sait pas ce que les ADF cherchent exactement dans notre pays. Leur seule doctrrine c’est haïr et massacrer les Congolais ! »

En effet, nul ne sait pour quelle finalité les ADF se battent et versent tant de sang ! Eux-mêmes ne le disent pas. Ils ne présentent aucune revendication. Le fait qu’ils sont Ougandais ( même si parmi eux il existe plusieurs autres nationalités), fait qu’ils ne peuvent avoir de revendications politiques ou territoriales en RDC. Ce ne sont ni des réfugiés ni une force invitée par le gouvernement congolais. C’est juste un mouvement terroriste étranger animé par la haine à l’égard des populations congolaises.

Bien sûr, on sait que cette guerre des ADF est aussi une guerre de rapine : derrière leurs attaques se joue un juteux commerce illicite de ressources naturelles de la RDC : bois, minerais, faune, etc. Pourquoi ne pas prendre les ressources mais laisser les populations en vie et non les massacrer comme ils le font ? La raison est simple : s’ils tuent sans cause même des enfants c’est parce qu’ils sont pleins de haine contre les Congolais.

Mais trop c’est trop, ces massacres à Beni n’ont que trop duré. Les multiples promesses du gouvernement pour le retour de la paix et la forte présence des casques bleus de la Monusco dans la région n’y ont rien changé. Le monde reste indifférent à cette tragédie.

Africa sans haine espère que l’année 2021 sera une année de paix et de sécurité pour les populations meurtries de Beni et de tout l’est de la République démocratique du Congo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *