Joseph Kabila photo Digital Congo

La « congolité », une autre expression de la haine contre Joseph Kabila

Partager

En RDC, beaucoup de ceux qui sont arrivés au pouvoir par la rébellion de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération (AFDL) de Laurent Désiré Kabila sont qualifiés de « Rwandais ». Ce qualificatif est également collé à l’ancien président Joseph Kabila, alors qu’il dit bel et bien être fils biologique de Mzee Kabila. Et ce dernier est un Congolais originaire du Katanga dans le sud-est de la RDC.

En effet, sur les réseaux sociaux, beaucoup de messages de haine contre Joseph Kabila ont pour point commun la remise en cause de la congolité de cet homme qui a dirigé le Congo pendant 18 ans. Il y a eu même une chanson qui disait : « Zongisa ye na Rwanda », traduction : « Retourne-le au Rwanda. » Et ces derniers jours, sur un groupe Facebook congolais « Katanga indépendance », un internaute a publié ceci : « Joseph Kabila ne sera jamais Katangais. C’est un Rwandais pur et simple. Ouvrez vos yeux mes frères ! »

Voir capture d’écran :

Ceci n’est ni plus ni moins qu’un appel à la haine. Des messages de ce genre contre Joseph Kabila sont légion sur les réseaux sociaux. On cherche à l’exclure de la nationalité congolaise. C’est d’autant plus grave car l’ancien président a des enfants qui pourraient eux aussi en souffrir dans leur vie, et c’est inacceptable. Etre appelé Rwandais alors qu’on est Congolais c’est frustrant. Africa sans haine condamne cette montée du concept « congolité » en RDC, mais aussi cette xénophobie ant-rwandaise qui ne se justifie pas.

Il est vrai que des ressortissants rwandais ont occupé de hautes fonctions politiques ou militaires en RDC, mais ils ont été contraints par Laurent Kabila à rentrer dans leur pays en 1998. Malheureusement, depuis cette époque, tout Congolais à morphologie tutsi ou dont le nom est à consonance kinyarwanda est soupçonné d’être Rwandais. Ce n’est pas un péché d’être Rwandais, après tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *