Dessin Internews Côte d'Ivoire

Les mauvais influenceurs des réseaux sociaux

Partager

Des journalistes télé, des top-modèles, des stars de la musique et du show-biz, etc. Ce sont les influenceurs. Certains ont une telle popularité sur les réseaux sociaux qu’ils peuvent modeler l’opinion publique dans un sens comme dans l’autre. Problème, il y en a qui le font dans le mauvais sens.

Il n’est pas donné à tout le monde d’être populaire. Ceux qui en ont la chance devraient se comporter de manière à changer positivement les choses. Il y a quelques mois, face à la résistance des gens au vaccin contre le Covid-19, beaucoup de pays ont eu recours à des influenceurs, des personnalités marquantes, des légendes du sport, de la musique, etc., pour qu’elles se fassent vacciner publiquement et poussent la masse à suivre leur exemple.

Cela a permis que des millions de personnes à travers la planète acceptent de prendre le vaccin. Des vies ont aini été sauvées. Ces influenceurs-là ont joué un rôle positif.

Non aux mauvais influenceurs

En revanche, il y a des influenceurs aux discours toxiques, nocifs. Ce sont ceux ou celles qui influencent leurs partisans dans le sens du mal sur les réseaux sociaux. Ils ont des centaines de milliers de followers sur Twitter, Facebook, Instagram et des millions de vues sur YouTube. Ils en tirent beaucoup d’argent.

Ce sont des mercenaires du net qui ne connaissent aucune éthique. Ils nous font avaler des marques et des produits dont ils savent eux-mêmes qu’ils ont de graves défauts. Ils sont très arrogants et ne s’excusent jamais du mal qu’ils causent au public. Nous nous interdisons de mentionner leurs noms dans cet article.

Ils détruisent la moralité des enfants en postant leurs propres sextape sur Internet ; ils insultent sans vergogne et tiennent des discours de haine contre des ethnies, des femmes, des innocents, des personnalités politiques… Leurs publications nuisibles sont partagées des milliers de fois et les compagnies des réseaux sociaux ne les suppriment pas.

Payés pour nuire

Dans des pays comme la RDC, certains influenceurs des réseaux sociaux sont payés et entretenus par des personnalités politiques pour faire de la propagande, et surtout pour nuire à tel ou tel adversaire politique. Ils n’hésitent pas à insulter, à dénigrer, à encourager la haine, à relayer des fake news… Leurs millions de fans les suivent.

De tels influenceurs devraient répondre de leurs actes devant la justice. Ils confondent les discours de haine avec la liberté d’expression. Si Donald Trump a été banni de Twitter parce que ses actes, son discours et ses publications représentaient une menace contre la démocratie aux États-Unis, ce serait aussi logique que ces fameux influenceurs négatifs soient exclus des réseaux sociaux. Ils représentent une menace pour le vivre-ensemble.

Utilisons les réseaux sociaux pour la paix, l’amour du prochain, la cohabitation pacifique des peuples… Bref, utilisons les réseaux sociaux pour le bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.