Ces déclarations incendiaires de Paul Kagame contre la RDC

Partager

Après de nombreux massacres commis par ses troupes en RDC, Paul Kagame reprend ses menaces contre son voisin. Nous l’avons toujours dit : le président rwandais est l’un des éléments déstabilisateurs de la région des Grands Lacs. Dans sa mégalomanie, il cherche des problèmes à tout le monde.

Les dernières déclarations du président rwandais démontrent que l’homme n’a pas changé. Toujours prêt à faire la guerre. Et son ennemi juré c’est le Congo, malgré toute la bonne foi manifestée à l’égard du Rwanda par le président Félix Tshisekedi. Après des ennuis avec l’Ouganda et le Burundi, il s’en prend à nouveau à la RDC qui jusqu’à présent ne cherche que la paix.

« Quiconque nous souhaite la guerre nous la lui donnons ! »

Mardi 08 février dernier, s’exprimant en kinyarwanda, Paul Kagame déclare devant le Parlement rwandais :

« Nous souhaitons la paix à tout le monde dans la région, mais quiconque nous souhaite la guerre, nous la lui donnons. Nous avons une armée bien formée pour cela et qui sait bien le faire. Que ce soit ici où à l’étranger. Le Rwanda est de petite taille, mais notre doctrine est de contrer la menace dans n’importe quel lieu d’où elle provient. »

Un message clair adressé à la RDC

Dans son discours au Parlement, l’homme fort de Kigali cite nommément son voisin, la RDC : « Nous sommes attentifs à ce qui se passe en RDC. Il y a un lien entre les FDLR et les ADF. Nous ferons tout notre possible pour régler ce problème… Parfois nous supplions, parfois nous faisons des demandes, mais quand cela dépasse les bornes, nous réglons nous-mêmes le problème comme il se doit, sans demander la permission à qui que ce soit… »

De telles menaces sont dépourvues de tout fondement. Le Rwanda doit cesser les provocations et privilégier la paix avec ses voisins. Il doit aussi cesser d’ériger chaque fois des obstacles qui empêchent les éxilés rwandais (dont les FDLR) à rentrer dans leur pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.