Le néocolonialisme chinois en Afrique

Partager

L’Africain n’est respecté ni à l’étranger ni chez lui en Afrique. Les entreprises étrangères qui embauchent en Afrique agissent comme sur une terre conquise. C’est entre autres le comportement de certains Chinois, Indiens, Pakistanais, etc.

J’ai été choqué en regardant ce documentaire de la BBC intitulé : « Racism for sale. » Dans la vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux depuis février 2020, un Chinois fait chanter des enfants africains en langue chinoise. Seulement, les enfants répètent les phrases sans en comprendre la signification.

Ce qu’ils chantent est révoltant mais ils ne le savent pas , car les mots sont en chinois. En fait, ils chantent : « Je suis un monstre noir et mon QI est bas ». Et ce sont les enfants du Malawi.

Ils veulent passer avant tout le monde

En mars 2022, dans un aéroport africain, une Chinoise venue en retard voulait passer les formalités de voyage avant tout le monde, sans tenir compte de l’ordre d’arrivée des voyageurs. L’agent de l’aéroport qui était là l’a remise à l’ordre en l’obligeant de suivre la ligne comme tout le monde. Mais la Chinoise rouspétait et tenait à passer en priorité coûte que coûte.

L’agent lui a posé cette question : « Est-ce que chez vous en Chine, vous pouvez tolérer qu’un Africain fasse ce que vous faites ici ? »

Les Chinois maltraitent leurs employés africains

Injures, salaires de misère, gifles et coups de fouets… Les Africains employés dans des entreprises chinoises sont victimes de toutes les humiliations sur leur lieu de travail. Parfois, ils sont obligés de se défendre. En témoigne cette vidéo.

Si la vidéo ne s’ouvre pas, cliquez sur ce lien :

Ces Chinois viennent puiser nos minerais, nous construisant en retour des infrastructures bidon, mais se permettent de maltraiter les Africains. Les abus des Chinois dépassent les bornes. Certains pratiquent le Kung-fu sur leurs employés. Une véritable colonisation.

Au Rwanda, un Chinois de 43 ans gérant d’une mine n’a pas hésité à fouetter ses employés locaux. Il a été condamné à 20 ans de prison. Bravo pour le Rwanda.

« Les supérieurs chinois nous méprisent »

En RDC, les abus des Chinois ne sont plus à démontrer dans les mines congolaises. Un ouvrier dans la province congolaise du Lualaba déclare : « Ils (les Chinois) nous font travailler au-delà des huit heures réglementaires. Nous n’avons pas droit aux congés payés. Les absences sont défalquées des salaires à la fin du mois. Et surtout, les supérieurs chinois nous méprisent et profèrent des insultes. Ils nous traitent de macaques. »

Les exemples sont légion. Nous n’encourageons nullement la haine contre les citoyens chinois. Nous exigeons simplement que quand ils viennent travailler chez nous, qu’ils nous « donnent » le respect dû à des êtres humains que nous sommes, à des gens sur leurs terres. Nous refusons d’être encore esclaves au 21e siècle. Qu’ils s’abstiennent de faire en Afrique ce qu’ils ne voudraient pas que les Africains fassent en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.