Congo hold up : ce scandale financier qui ravive les discours de haine contre Joseph Kabila

Partager

Depuis que 19 médias dont RFI ont publié des révélations sur 138 millions de dollars supposés  détournés entre autres par l’ancien président Joseph Kabila, ce dernier fait l’objet d’une recrudescence de discours de haine dans les médias. Il faut laisser la justice faire son travail. Les discours de haine ne feront que cristalliser inutilement les divisions ethniques en RDC.

En effet, les révélations des journalistes et des ONG ne sont pas une décision de justice. Loin de nous l’idée de défendre un quelconque détournement par Joseph Kabila. Nous disons plutôt que seule la justice peut établir la culpabilité d’un accusé à l’issue d’un procès équitable. Pourtant, après les révélations de Congo hold up, ce sont des messages de haine et de xénophobie qui pleuvent sur l’ancien président alors qu’il n’a pas encore présenté ses moyens de défense.

Détournements et discours de haine, deux fléaux à combattre en RDC

Dans ces nombreux messages de haine, Kabila est qualifié de « Rwandais », « chef suprême de voleurs », « étranger », etc. Ces discours tendent également à incriminer la communauté katangaise dont l’ancien président se réclame.

Il est vrai que le développement de la République démocratique du Congo a toujours été handicapé par la corruption des dirigeants et les détournements des deniers publics. Le mieux à faire c’est de traduire Joseph Kabila en justice pour qu’il réponde de ce qui lui est reproché. Et s’il est reconnu coupable, qu’il soit condamné. C’est cela l’État de droit. Il n’y a donc pas besoin de l’accabler d’injures et de messages de haine. Déférez-le devant les cours et tribunaux, c’est plus simple !

Les Congolais ne devraient pas oublier que la haine tribale fait autant de mal à leur pays que les détournements des deniers publics qu’ils déplorent.

#TahaineRefleteTonCoeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.