RDC : le débat sur la congolité des dirigeants envenime la vie politique

Partager

Le débat sur la nationalité congolaise est vieux de plusieurs décennies en République démocratique du Congo. Aujourd’hui, c’est un ancien candidat président de la République, Noël Tshianyi, qui a relancé la polémique en exigeant qu’aux prochaines élections « tout candidat président soit Congolais de père et de mère ». De tels propos sont dangereux pour l’unité nationale.

Comme on le sait, la RDC est peut-être le seul pays au monde où les citoyens n’ont pas de carte d’identité. La carte d’électeur a remplacé la carte d’identité. Or, les militaires, les policiers et les citoyens de moins de 18 ans ne peuvent avoir la carte d’électeurs puisqu’ils ne votent pas en RDC. Ceux qui n’ont pas de carte d’électeur peuvent prouver difficilement leur nationalité congolaise par un passeport, une carte de service ou d’étudiant ou encore par les témoignages des voisins du quartier.

Moïse Katumbi visé ?

Ce débat sur la congolité des leaders politiques porte en lui des germes de division de la nation congolaise. Exiger que tout candidat à la présidence de la République soit Congolais de père et de mère est vu comme une stratégie du régime de Félix Tshisekedi pour écarter de la présidentielle de 2023 des poids lourds politiques comme Moïse Katumbi et bien d’autres qui sont Congolais par seulement l’un de leurs parents.

Bien que la proposition de loi sur ce sujet ne soit pas encore traitée au Parlement, elle suscite une vive tension entre Noël Tshianyi et les proches de Moïse Katumbi. Et les réseaux sociaux mettent de l’huile sur le feu. Pourtant, en cette période où la RDC traverse des crises graves en tout genre, le pays a besoin de tous ses fils et filles. Il faut éviter de plonger la RDC dans des querelles du genre « ivoirité » qui ont mis à mal l’unité nationale en Côte d’Ivoire.

Noël Tshianyi vs Jean-Claude Muyambo

Dans les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, on peut voir Noël Tshanyi, auteur de cette polémique, s’attaquer directement à son compatriote Jean-Claude Muyambo, en le traitant d’étranger et de « bâtard polonais ».

Noël Tshianyi déclare dans la vidéo : « (…) Lui (Jean-Claude Muyambo), je ne sais pas d’où il vient. Quand vous regardez sa tête, vous voyez que cette tête n’est pas congolaise. Y a-t-il des Congolais comme ça ici ? Je n’en connais pas. Regardez les Polonais. J’ai trouvé qu’il ressemble aux Polonais et non aux Congolais. Moi je vous dis que mes parents sont originaires de Ngandajika, mes frères et sœurs, toute la lignée se trouve à Ngandajika. Il faut qu’il nous dise. Son père était marié à sa mère. Qu’il nous parle aussi de son père et de sa mère. Ils sont originaires de quel pays, de quelle ethnie… »

Avec de telles injures publiques, Noël Tshianyi devrait répondre devant la justice. Qualifier le batonnier Jean-Claude Muyambo de bâtard c’est inacceptable. C’est encore plus grave lorsqu’il l’exclue de la nationalité congolaise.

En réaction dans un tweet, Jean Claude Muyambo compare Noël Tshianyi au Covid : « Noël Tshani est un fléau plus dangereux et plus meurtrier que tous les variants Covid réunis. »

Cette escalade verbale est un feu dangereux qu’il faut éteindre rapidement avant qu’il n’embrase le pays. La haine d’où qu’elle vienne ne résoudra aucun problème au Congo. Les Congolais doivent s’unir pour travailler au développement de leur pays.

#StopLaHaine

Théodore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.