Les propos de Mohamed Bazoum suscitent les discours de haine entre Maliens et Nigériens

Partager

Le Niger et le Mali sont deux pays frères qui devraient privilégier la paix et les relations de bon voisinage. Malheureusement, les dernières déclarations du président nigérien sur les putschistes maliens sont considérées à Bamako comme une insulte à la souveraineté malienne. Sur les réseaux sociaux, on assite à une escalade de discours de haine entre les citoyens des deux pays. Il ne devrait pas en être ainsi.

Au cours du sommet du G5 Sahel à Paris, le président nigérien Mohamed Bazoum a déclaré : « Il ne faut pas que des militaires prennent le pouvoir parce qu’ils ont des déboires sur le front où ils devraient être et que des colonels deviennent des ministres ou des chefs d’Etat. Ce serait facile à chaque fois qu’une armée de nos pays connait un échec sur le terrain, elle vient prendre le pouvoir. C’est ce qui s’est passé par deux fois au Mali. Ce ne sont pas des choses acceptables. »

Africa Sans Haine déplore la montée de la haine entre Nigeriens et Maliens sur les réseaux sociaux des deux pays. On peut lire des propos du genre : « Bazoum doit s’attendre à une levée de boucliers » ; « Bazoum a des origines extra-nigériennes«  ou encore « Bazoum le nouvel esclave de la France »… Captures d’écran :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2021_07_13_17.37.33_edit.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2021_07_13_17.33.04_edit.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2021_07_13_17.41.01_edit-1.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2021_07_13_18.10.11_edit.jpg.

Réactions des Nigériens

Du côté du Niger, les réactions sont tout aussi graves. Les Maliens sont qualifiés de « domestiques » et des gens qui apportent le « terrorisme » au Niger… Captures d’écran :

Africa Sans Haine exhorte les deux peuples à ne pas se laisser entrainer dans la haine par les politiciens. Privilégiez la paix et la réconciliation. Mohamed Bazoum et Assimi Goita passeront, mais le Niger et le Mali resteront pour toujours. En plus, il n’y a pas que les coups d’Etats à condamner en Afrique de l’Ouest, il y a aussi les élections truquées et les troisièmes mandats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.