Pourquoi cette haine contre les noms et postnoms kasaïens en RDC ?

Partager

La haine tribale en RDC pousse certains à détester même votre nom. Il y a des ethnies dont les ressortissants sont victimes de discriminations et de discours de haine à cause de leurs noms propres. C’est entre autres le cas de l’ethnie Luba du Kasaï.

La RDC compte plus de 400 tribus. Presque chacune a sa langue maternelle ou son dialecte. Et les noms propres des membres de ces différentes tribus sont identifiables par leurs préfixes ou leurs suffixes ; parfois par leur prononciation. Ainsi, de par votre nom, on sait identifier votre tribu.

Comme son nom commence par Tshi, donc c’est un Kasaïen ?

De telles déductions sont dangereuses. Vous pouvez tuer quelqu’un pour ce qu’il n’est pas. Tout nom commençant par Tshi, n’est pas forcément du Kasaï. Le général Tshiwewe par exemple est un Katangais ; Chikez Diemu n’est pas Kasaïen… Et même s’il l’était, est-ce un crime ?

Les noms et les postnoms kasaïens sont souvent stigmatisés sur les réseaux sociaux. Lorsque que sur une publication ou commentaire sur Twitter, Facebook, Tiktok, etc., et que l’auteur de la publication ou du commentaire est un Kabengele, Kadima, Lukusa, Mukendi, Kazadi, Mulumba ou Kalonj, on s’en prend directement à lui comme Muluba et Kasaïen. On se met à l’insulter, à le dénigrer. Du coup, certains Congolais dont les noms sont à consonnance luba du Kasaï se refusent à commenter sur des publications ou à rentrer dans certains débats, de peur qu’on ne s’attaque à eux à cause de leurs noms.

Comme son nom se termine par ou mana, donc c’est un Rwandais ?

En RDC, les gens dont les noms propres se terminent par « ré », « mana », etc., sont considérés (souvent à tort) comme Rwandais. Alors que ce sont aussi des noms des Tutsi congolais. Ce genre de haine ethnique doit cesser. Les noms ne devraient jamais faire l’objet de mépris ni de discours de haine.

En plus, avec les mariages inter ethniques, etc., certains noms ne sont plus l’identité d’une province ou d’une tribu. Ainsi, les noms prétendus kasaïens se retrouvent aussi chez les Ba kongo, Ba swahili, Ba songe, etc. Par exemple, les noms comme Mutombo, Ilunga, Ngoyi… ne sont pas qu’au Kasaï. On les retrouve aussi au Bandundu, au Katanga et dans d’autres provinces. Si bien que quelqu’un peut par son nom être haï comme Kasaïen alors qu’il est Mu kongo ou Mu swahili…

La haine est un sentiment proche de la sorcellerie.

#TaHaineRefleteTonCoeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *