Les anti-vaccins sont une menace croissante pour le vaccin contre le coronavirus

Partager

°Un rapport du #CCDH (Center for Countering digital Hate)°

Le Covid-19 a été une opportunité de croissance pour les anti-vaccins. Notre enquête sur 409 comptes de réseaux sociaux anti-vaccins en anglais, montre qu’ils ont maintenant 58 millions d’abonnés. Sur 147 des plus grands comptes, avec 49 millions d’abonnés, nous avons calculé et trouvé qu’ils ont gagné au moins 7,8 millions d’abonnés depuis 2019, soit une augmentation de 19%.

Ce chiffre ne reflète que les 147 comptes où il était possible d’utiliser SocialBlade, Internet Archive ou une enquête auprès des groupes Facebook que nous avons menée pour la première fois en mars 2019 pour établir le nombre de followers qu’ils avaient à un point aussi proche que possible jusqu’au 1er janvier 2020. La plupart de ces comptes ont été sélectionnés parce qu’ils ont partagé de la désinformation sur les anti-vaccins cette année ou parce que nos recherches ont montré qu’ils appartiennent à des personnalités influentes du mouvement anti-vaccin.

Alors que Facebook empêche désormais de nombreuses pages et groupes anti-vaccins d’apparaitre dans les résultats de recherche, nous avons découvert plusieurs pages de ce type en parcourant les « Pages aimées par cette Page » et Sections « Pages associées » sur de nombreuses autres pages anti-vaccins que nous connaissions déjà. Notre enquête sur ces comptes montre que la majorité est dirigée depuis les États-Unis, mais un nombre important a également des liens avec d’autres pays anglophones.

L’analyse des données de transparence faite sur 215 pages Facebook de notre échantillon, montre que 90% de pages ont des administrateurs basés aux États-Unis, tandis que 20% ont au moins un administrateur basé au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande ou au Royaume-Uni. Il est également clair que le mouvement anti-vaccination est le plus populaire sur Facebook, il compte un nombre important d’adeptes sur chaque plate-forme de médias sociaux grand public.

Dans notre échantillon, les groupes et pages Facebook anti-vaccins comptent plus de 31 millions d’abonnés, bien plus de la moitié de tous les comptes combinés que nous avons observés. Les comptes anti-vaccins ont près de 17 millions d’abonnés sur YouTube et 7 millions sur Instagram, mais semblent être les plus faibles sur Twitter où ils ont 2 millions de followers.

L’échec du mouvement anti-vaccination à obtenir un plus grand nombre d’abonnés sur Twitter pousse peut-être ce mouvement à hésiter à exprimer des opinions anti-vaccins sur cette plateforme relativement accessible. Ceci est soutenu par le fait que 89% des pages Facebook de notre échantillon ont plus de followers que de likes, avec la principale différence que les likes sont visibles par les autres utilisateurs. En revanche, seulement 44% des 50 premières pages Facebook ont plus de followers que de likes.

L’ampleur et la croissance du mouvement anti-vaccination révélées par notre recherche sont particulièrement préoccupantes étant donné que
les scientifiques estiment que 82% de la population devrait devenir immunisée au Covid, en contractant la maladie ou à travers un vaccin, afin de gérer en toute sécurité les épidémies.

Un nouveau sondage auprès de 2 861 d’adultes américains et britanniques
commandé à YouGov pour ce rapport indique que le refus du vaccin et l’utilisation des réseaux sociaux sont liés, et que trop peu de gens prévoient actuellement de se faire vacciner contre le coronavirus.

Lire l’intégralité du rapport en anglais sur le site de CCDH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.