Covid-19 : la « haine » contre le vaccin sur fond de fake news en RDC

Partager

Alors que la RDC se prépare à lancer prochainement sa toute première campagne de vaccination contre le Covid-19, le pays devra faire face à une forte résistance d’une partie de la population très hostile au vaccin. En effet, la désinformation et les Fake news sur la pandémie sont telles que beaucoup de Congolais persistent à croire que le vaccin est un poison des blancs pour exterminer les noirs.

La République démocratique du Congo a reçu récemment 1.7 millions de doses de vaccin AstraZeneca. Le pays compte à ce jour plus de 25 000 cas confirmés de coronavirus. Pourtant, dans plusieurs provinces, nombreux sont ceux qui croient que le vaccin est un complot occidental et que le Covid-19 n’existe pas. Il n’y a pas que des analphabètes qui véhiculent de telles infox, même les intellectuels sont parmi. Ils argumentent que, malgré tout se qui se raconte à la radio, ils n’ont jamais vu physiquement un malade de Covid.

Cette perception est renforcée par le fait que ceux qui sont atteints de coronavirus n’acceptent pas de témoigner, craignant d’être stigmatisés. Mais qu’on le veuille ou pas, le Covid existe et il tue. C’est le vaccin qui peut sauver l’humanité. Il faut arrêter la désinformation !

Fuyant le vaccin !

Il y a quelques jours en RDC, des écoles étaient en débandade dans la province du Sud-Kivu. Pour cause, une fausse rumeur a circulé que le gouvernement venait lancer la vaccination contre le Covid-19 dans les écoles. Les enfants couraient dans tous les sens, comme quand on fuit un danger. Des centaines de parents ont accouru, certains en pleurant, pour récupérer leurs enfants de peur qu’ils ne soient vaccinés, car pour eux le vaccin est un poison.

Tweet radio Okapi :

La rumeur a poussé le ministre de la Santé du Nord-Kivu à faire une mise au point. « La vaccination contre le Covid-19 ne concerne pas les enfants. Il n’y aura donc pas de vaccins dans les écoles », a-t-il dit en substance.

A l’annonce de l’arrivée du premier lot de vaccin en RDC, les Congolais se sont lancés dans une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux. Sur Twitter on peut lire : « Nous n’en avons pas besoin ! » ou encore : « Nous n’aimons pas ce vaccin. » Sur WhatsApp, une vidéo circule montrant des hommes armés faisant le porte-à-porte en train de faire ce qui semble être une vaccination forcée.

Vidéo circulant sur WhatsApp :

Bref, tout est fait pour démotiver les gens. A Mbujimayi par exemple, beaucoup jurent qu’ils ne se feront jamais vacciner. Une femme disait : « Je hais le vaccin ! Le Covid c’est juste une grippe doublée de toux. Nous avons de très bons produits traditionnels à inhaler contre la grippe et la toux. Pas question de prendre votre vaccin ! »

Insuffisance de sensibilisation anti-Covid

Avant de lancer toute campagne de vaccination contre le Covid-19, il est primordial de préparer les citoyens par une forte sensibilisation. Bien sûr, les incrédules existent et existeront toujours, on ne pourra peut-être jamais les convertir, mais une bonne sensibilisation pourrait aider à pousser les gens à adhérer à la vaccination et même à se l’approprier.

L’une des stratégies efficaces est que les autorités donnent l’exemple en se faisant vacciner elles-mêmes publiquement. « Le président et sa femme doivent se faire vacciner en premier et en direct à la télévision ! », disait une infirmière inquiète du fait que c’est le personnel de santé qui doit être vacciné avant tout le monde.

Il faut reconnaître que la sensibilisation est faible, voire inexistante dans plusieurs provinces de la RDC. À la base, le manque de moyens. Jusqu’à présent, la plupart des provinces n’organisent pas de test anti-Covid. Elles se contentent de prélever les échantillons sur les cas suspects, les envoyer au laboratoire de Kinshasa et attendre les résultats pendant plusieurs jours.

#StopHaineVaccinCovid

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.