Attention aux deepfakes, ces manipulations d’images et de sons pour des infox !

Partager

Plus la technologie numérique avance, plus elle devient nuisible et se retourne contre nous. Avec la technologie, il est plus facile aujourd’hui de vous faire dire ou faire ce que n’avez pas dit ou fait. L’une des tehniques c’est le deepfake.

Le terme deepfake a vu le jour en 2017. L’encyclopédie Wikipédia défint le deepfake ou hypertrucage comme : « Une technique de synthèse multimédia reposant sur l’intelligence artificielle. Elle peut servir à superposer des fichiers vidéo ou audio existants sur d’autres fichiers vidéo (par exemple changer le visage d’une personne sur une vidéo) ou audio (par exemple reproduire la voix d’une personne pour lui faire dire des choses inventées). Cette technique peut être utilisée pour créer des infox et des canulars malveillants. »

En Afrique, l’un des deepfakes qui a suscité un tollé général c’est celui de Christophe Guilhou, ambassadeur de France au Cameroun. Un internaute sans scrupule a réussi à animer sa photo et lui a fait tenir des propos que l’ambassadeur n’a jamais tenus.

Cette vidéo deepfake sur Christophe Guilhou a été vue près de 100 000 fois sur certains groupes Facebook africains, créant un véritable scandale. Dans ce deepfake, on fait dire à l’ambassaseur que la France est au Cameroun pour ses intérêts et que c’est elle qui a imposé Paul Biya comme président et organisé les massacres de 500 000 à 1 000 000 de Camerounais…

Deepfake de l’ambassadeur de France au Cameroun

France 24 est l’un des médias internationaux qui ont révélé que c’est de l’infox :

Des deepfakes impliquant de grandes personnalités du monde

L’ancien président américain Donald Trump a, lui aussi, été victime d’un deepfake. En 2018, un parti politique belge a publié une fausse vidéo faisant dire à Donald Trump qu’il demande à la Belgique de se retirer de l’accord de Paris sur le climat comme il l’a fait pour les Etats-Unis. Après vérification, il s’est avéré que c’était une Fake news à l’aide d’un deepfake et que Trump n’avait jamais tenu de tels propos.

Parfois, les deepfakes peuvent être créés dans l’intention de faire rire, comme l’exemple d’une vidéo où l’on voit Vladimir Poutine et Emmanuel Macron en train de chanter en duo une chanson très en vogue ; ou encore la vidéo où Joe Biden bat le tam-tam et à coté de lui, Trump en train de danser.

Le danger des deepfakes

La technologie de deepfake est très dangereuse car elle peut être utilisée par exemple pendant une campagne électorale pour faire dire à un candidat ce qu’il n’a pas dit en vue de nuire à son image dans l’opinion. Les citoyens lambda n’ont pas souvent la capacité de distinguer le vrai du faux. Et dans une élection, cela peut préjudicier un candidat. Et quand on finit par découvrir qu’il était innocent, peut-être trop tard pour réparer son image, les résultats ayant déjà été publiés et validés par la Cour suprême.

Les deepfakes peuvent aussi être utilisés sous forme de sextape pour nuire à la réputation d’une personne qu’on voudrait salir. Tout cela doit nous obliger à toujours vérifier si l’image que nous publions ou partageons sur Internet est authentique ou un montage malveillant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.