Affaire 46 militaires ivoiriens détenus au Mali : une délégation ivoienne reçue par le président Goita

Partager

Un pas de plus vers la réconciliation entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Les deux pays sont en froid depuis l’arrestation de 49 soldats ivoiriens à Bamako. Mais le dernier rebondissement dans cette affaire montre des signaux positifs : le président malien Assimi Goita a reçu à Bamako une délégation d’émissaires du gouvernement ivoirien. 

Dans la capitale malienne, la délégation d’officiels ivoiriens, accompagnée de Togolais, a non seulement rencontré le président Goita, mais aussi visité les militaires ivoiriens faits prisonniers par le Mali qui les accuse de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat malien. Un signe de décrispation qui d’emblée fait baisser la tension.

Parmi les émissaires ivoiriens, on compte le directeur de cabinet du président Outtara, ainsi que le ministre ivoirien de la Défense, Ibrahima Téné Ouattara.  

Il faut dire que l’affaire des 49 militaires ivoiriens, (46 depuis la libération des 3 d’entre eux), empoisonne littéralement les relations non seulement entre Bamako et Abidjan, mais aussi entre la capitale malienne et la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDAO). Du coup, la seule chose qui puisse mettre définitivement fin à cette crise c’est la libération pure et simple des 46 militaires. Déjà, le fait que les officiels des deux pays se visitent et se parlent directement est une avancée significative à saluer. 

Les deux parties satisfaites après la rencontre

Au sortir de l’audience avec le président malien, le ministre ivoirien de la Défense a déclaré : « C’est une question qui est en voie de résolution et nous pouvons dire que nous venons de faire un voyage fructueux ici en terre malienne. » Et le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, d’ajouter : « Nos discussions ont pu permettre d’aboutir à la signature d’un mémorandum d’accord pour promouvoir la paix et œuvrer au renforcement des relations d’amitié. »

De quoi féliciter la médiation togolaise qui n’a cessé de se battre pour que se termine ce conflit inutile. C’est la diplomatie du président Faure Gnassigbe qui avait permis la libération de 3 de ces 49 militaires ivoiriens. Les 3 mitaires (des femmes) ont depuis regagné leur pays. 

S’il veut normaliser ses relations avec ses voisins, le gouvernement malien a intérêt à libérer rapidement les soldats ivoiriens. Jusqu’à présent aucune preuve ne démontre qu’ils étaient à Bamako pour déstabiliser le régime du président Assimi Goita. Même le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres exige leur libération. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *